Beaucoup plus économique qu’une piscine enterrée, la piscine hors-sol est la portée de tous.
Pendant les beaux jours, quel plaisir de pouvoir se rafraîchir dans l’eau et nager sans avoir à quitter la maison.

Groupe d’amis, famille et surtout enfants adoreront !

Mais il en existe de toutes tailles, à tous les prix et conçues avec des armatures différentes.
Ce guide vous aidera à y voir plus clair.

Piscine autoportante

Les petites piscines rondes, le plus souvent prévues pour des enfants assez jeunes, qui n’ont qu’un boudin gonflé sont ces fameuses piscines autoportantes.

Ces piscines gonflables sont très rapides à installer et ne sont pas chères.
En matière plastique, PVC etc exclusivement, elles dépassent très rarement 1 mètre d’eau.
Bien souvent, vous n’avez pas besoin de pompe pour ces piscines, même s’il faut évidemment traiter l’eau et la nettoyer.

Idéales pour avoir une piscine quelques semaines à peine dans l’année, surtout pour faire plaisir aux enfants qui joueront dans l’eau.
Ces piscines restent assez fragiles, attention donc lors de l’utilisation ou en évoluant autour.

Piscine tubulaire

Les piscines tubulaires sont plus résistantes.

De faites, elles se composent d’un liner et d’une structure métallique portante mais facile à installer.
Ces piscines sont conçues pour atteindre facilement de plus grandes tailles, qu’elles soient rondes, ovales ou rectangulaires.
Idem, elles peuvent atteindre 1,30m de hauteur.

Pour les grands modèles, même un adulte peut parfaitement nager et faire quelques longueurs.
En famille, vous pourrez en profiter tous ensemble et véritablement vous amuser.

La pompe assurera un bon brassage et une filtration de l’eau.

Si elles sont faciles à monter et démonter, ces modèles peuvent être installés toute l’année.
Leur prix reste globalement peu élevé.

Photo de piscine tubulaire Intex

Piscine hors-sol acier

L’armature est évidemment plus solide et résistante ici. Ces piscines, faites pour durer et être constamment installées, sont aussi plus compliquées à installer.

Ici un radier en béton est souvent recommandé pour que l’ensemble ne bouge pas au fil du temps.

Elles sont aussi plus cher que les structures autoportantes ou tubulaires.

Si l’aspect brut d’un panneau d’acier peint en blanc ne vous convient pas, il existe des modèles avec une imitation pierre ou bois sur l’extérieur.

Photo de piscine de la marque « Gré »

Comment installer sa piscine ?

Tout dépendra du type de piscine que vous choisirez ainsi que de son emplacement.
Dans tous les cas, une règle de base est de la positionner sur un terrain parfaitement plat et compact : il ne doit pas s’agir d’un remblais frais, auquel cas la terre pourrait se tasser sous le poids de l’eau et la structure serait endommagée voire détruite.
Il vaut toujours mieux creuser pour aplanir le terrain qu’ajouter de la terre.

Pour une structure autoportante il n’y aura rien à faire, si ce n’est installer un tapis / une bâche en dessous.
On pourrait aussi opter pour une couche de sable supplémentaire, afin que le fond de la piscine repose sur un terrain à la fois compact et meuble. Le sable sera plus doux, limitera le risque de cailloux ou autres débris pointus pouvant abîmer le liner.
Dans ce cas, attention toutefois à réaliser un coffrage pour le sable et éviter que la piscine ne bouge.

Pour des structures plus grandes, et donc un volume d’eau et un poids très conséquent, la pose d’une dalle en béton sera recommandée voire indispensable.

Quelles règlementations vous concernent ?

La première chose à faire est toujours de se renseigner auprès de votre mairie.

Pourquoi ? Parce que le plan d’urbanisme et les décisions locales varient d’un lieu à l’autre.
S’il existe bien des règles générales qui s’appliqueront dans 90% des cas, il suffit pour que vous soyez dans un secteur avec des règles particulières pour que cela change totalement la donne.
Admettez qu’il serait dommage d’avoir un amende, si un coup de fil à la mairie suffit à clarifier la situation.

Ensuite, en fonction de la durée pendant laquelle votre piscine sera installée jouera aussi.
Pour résumer (attention, c’est un raccourci, il y a des cas spécifiques) :

  • < 3 mois / an, inutile de demander une autorisation
  • > 3 mois / an, l’autorisation est nécessaire suivant la taille de la piscine

Sécurité

Un gros avantage des piscines hors-sol comparé aux piscines enterrées ou semi-enterrées, est que la loi ne prévoit pas, à ce jour, de règlementation spécifique.

Pour une piscine enterrée, il est obligatoire d’avoir des équipements de sécurité tels qu’une barrière etc.
La piscine hors-sol étant par définition même en dehors du sol et surélevée, il n’y a pas de risque de chute dans l’eau.

Cela ne doit pas vous empêcher d’appliquer des règles et des bonnes pratiques de sécurité, essentiellement s’il y a des enfants (et même des animaux).
Par exemple, disposer d’une échelle rétractable et verrouillable.

Attention à la météo

Certes les beaux jours s’enchaînent, on veut se relaxer et se rafraîchir dans l’eau après une longue journée ou pendant un weekend… et du coup, quand on pense météo et piscine, on ne pense qu’à l’ensoleillement pour chauffer l’eau.

Oui mais !

Faites attention au secteur dans lequel vous habitez ainsi que les potentiels restrictions concernant l’usage de l’eau. La sècheresse touche de plus en plus de région et pour des périodes toujours plus importantes.
Il se peut qu’un arrêté interdise le remplissage des piscines dans votre secteur, etc.

Là aussi, le mieux est encore de se renseigner en mairie.